Sélectionner une page

Philosophie

La biomécanique comme moteur de compréhension de l’humain par la méthode des chaines G.D.S

Tôt ou tard, le corps physique apparaît à l’être conscient, présent à lui-même dans tous ses angles, toutes ses dimensions, tout son potentiel et, bien entendu, tout son bagage, comme une partie d’un tout complexe et impermanent.

S’il y a bien un aspect de lui-même qu’il tardera de découvrir, plus tôt par l’éducation ou à tort, par l’expérience, c’est qu’il est responsable de comment il gère ses expériences passées, présentes et futures. Nos sphères physique, mentale et émotionnelle sont interconnectées et nous permettent d’appréhender le monde dans toute sa profondeur: nos gestes du quotidien en témoignent. Un corps libre de ses chaînes

Encore faut-il que ce travail d’ancrage intérieur soit insufflé par le respect de notre propre rythme biologique et par l’amour de nous-mêmes. Sans quoi, aucun changement ne peut être engagé ni espéré. Nous aimons croire que, de manière infime, par notre présence à l’autre, nous arrivons à transmettre ce pouvoir, la possibilité de croire au changement et de le faire germer à l’intérieur de chaque personne qui passe dans notre vie.

Nous avons entrepris une démarche en 2010. Celle qui nous motive toujours autant: apprendre à nous aimer pour qui nous sommes.

Nous avons toujours été guidé par les relations humaines. Comprendre l’autre dans ce qui nous rapproche et ce qui nous rend complexes et singuliers, curieux de l’individu qui se présente sur notre chemin.

Notre démarche fût ponctuée de professeurs qui nous ont transmis plus que des techniques de massage ou des cours d’anatomie: un respect profond et indéniable de nous-même et de nos semblables.